There all is order and beauty

Cinéma, Expositions Art > ARGOS
Pour la troisième et dernière exposition de la série explorant la dialectique entre photographies et images en mouvement dans les œuvres de collection d’Argos, nous sommes confrontés à des rues, arrière-pays et paysages.
Pour la troisième et dernière exposition de la série explorant la dialectique entre photographies et images en mouvement dans les œuvres de collection d’Argos, nous sommes confrontés à des rues, arrière-pays et paysages. A l’instar de la plus ancienne photographie Point de vue du Gras (1826-1827) de Nicéphore Niépce (1765 – 1833), les œuvres présentées dans l’exposition ouvrent des perspectives sur des environnements urbains et ruraux. Ces sites spécifiques sont parfois des limites ou des lieux d’un nouveau départ. Ils nous racontent des voyages quotidiens dans un quartier qui a aujourd’hui beaucoup changé ou dans une région inconnue à découvrir. Certains lieux semblent à certains moment anodins et à d’autres étonnamment beaux. Ils peuvent avoir un aspect iconique et unanimement reconnaissable ou au contraire, nous avons perdu à un certain moment la mémoire de leur apparence. Au delà des candides dichotomies, la relation entre territoires naturels et artificiels est bien plus complexe qu’elle ne le semble. L’exposition montre comment nous contemplons la nature et nous connectons au paysage. Elle nous invite aussi à considérer comment un environnement spécifique façonne notre comportement et imagination. Un voyage à travers l’espace et le temps, une dérive le long de la ligne floue entre pratique et poésie.