Un long week-end à Bruxelles pour les museum-junkies

Vous êtes accro aux musées et passez un weekend à Bruxelles ? On vous a concocté la recette idéale pour attiser votre passion et bien maximiser votre temps. Soyez-en averti, la tâche est titanesque et le programme corsé. Au programme, Bruxelles sous toutes ses coutures ! En fil rouge de ce parcours, aux côtés de l’art, on révèle tout du patrimoine belge : de l’architecture à notre côté bon-vivant en passant par le neuvième art.

Jour 1

Qui dit Bruxelles dit sans doute frites, bière, chocolat, Manneken Pis, l'Atomium et... Horta ! Avec Henri van de Velde, Victor Horta (1861-1947) est l’un des représentants les plus célèbres de l’art nouveau en Belgique. Une visite de Bruxelles sans un passage par le Musée Horta est presque tout à fait inacceptable. L’ancienne maison (et atelier) de l’architecte est située à Saint-Gilles, facilement accessible par tram et bus. Avec ses flamboyantes fenêtres à vitraux et la finesse de ses décorations, cette harmonieuse bâtisse art nouveau symbolise le tournant du 19ième siècle et un mouvement en butte avec l’impressionnisme. Bruxelles donc avant-garde avant la lettre ! La maison et l’atelier offrent ainsi un regard dans les coulisses du maître bruxellois et vous pouvez y admirer des expositions temporaires inspirées par lui.

On reste hors du centre lors de cette première journée, notre prochaine étape se passe au Musée d’Ixelles, de l’autre côté de l’avenue Louise. Bien que les expositions temporaires de qualité de ce musée retiennent en général toute l’attention, sa collection permanente, peut-être encore trop méconnue, est en fait inestimable. Désolé par avance pour le name-dropping mais Henri de Toulouse-Lautrec, Albrecht Dürer, Pierre Alechinsky, Constant Permeke, Théo Van Rysselberghe, James Ensor et ainsi de suite nous semblent des raisons suffisantes de conseiller cette visite ! 

A moins d’un kilomètre de là se trouve le Musée des Sciences Naturelles. Un changement de programme bienvenu avec une multitude d’animaux empaillés, des milliers de minéraux, une galerie de l’évolution humaine et autres réels squelettes de mammouth. Pas convaincu ? Le muséum abrite une collection absolument incroyable d’une trentaine d’Iguanodons excavés entre 1878 et 1881 à Bernissart, qui a changé à jamais le visage de la paléontologie. 

Dernier arrêt du jour, le Musée du Cinquantenaire. L’un des quatre Musées royaux d’Art et Histoire de Bruxelles, il détient une collection impressionnante d’objets historiques en provenance des quatre coins de la planète. Ses sarcophages, sa corne à boire mérovingienne ou encore sa statue Maoi en provenance de l’île de Pâques ne sont rien comparés au mondialement connu porteur d’offrande Chimú ayant inspiré à Hergé le fameux Tintin et l’oreille cassée. La visite de ce musée est un voyage dans le temps et l’espace, que vous commencerez ignorant et dont vous ressortirez citoyen du monde. Typique Bruxelles ! 

Jour 2

On ne voudrait pas vous imposer un parcours obligatoire pour ce weekend mais cette prochaine activité est incontournable : un brunch sur le toit du MIM. Quoi de plus utile pour commencer cette journée muséale intense qu’un petit-déj glamour ? Au 11ième du Musée des Instruments de Musique, profitez d’une petite coupe et perdez-vous dans la vue imprenable de notre capitale belge. On l’oublierait presque, mais aux étages inférieurs vous trouverez une multitude d’instruments raffinés : d’une cithare chinoise jusqu’au saxophone Belge.

Avec une légère indigestion bouillonnante, on descend à présent le Mont des Arts pour rejoindre BOZAR. Le Palais des Beaux-Arts a été conçu par nul autre que Victor Horta, que vous avez naturellement découvert hier. Contrairement à son chez-lui, ce projet a été imaginé à une échelle beaucoup plus grande. Sa réalisation a d’ailleurs pris un peu de temps mais vaut bien aujourd’hui à cette perle Art deco le statut de « Palais », première maison artistique d’Europe. Il n’y a que des expositions temporaires au BOZAR mais elles ne déçoivent jamais, tout comme sa programmation musicale, évènementielle, cinématique ou de tout autre discipline artistique quasi quotidienne. Si vous avez la chance, ne manquez pas une représentation dans l’imposante Salle Henry Le Bœuf. 

Royal, c’est un peu le mot de cette deuxième journée. La dernière halte se fait au sommet du Mont des Arts. 4 des 6 Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique s’y trouvent à l’exception des musées Wiertz et Meunier, tous deux à Ixelles dans les anciens ateliers respectifs de leurs artistes. Pas d’inquiétude, ces 4 musées auraient besoin de plus d’une journée de visite. On vous les résume chronologiquement : Le Musée d’Art ancien (OldMasters) est renommé pour ses œuvres allant du 15ième au 18ième siècle et faisant la part belle aux primitifs flamands, de Rogier van der Weyden à Peter Paul Rubens. Parmi la sélection exposée d’œuvres du Musée Moderne, on évoque la fin du 18ième jusqu’à nos jours avec comme trésor insoupçonné le symbolique « Mort de Marat » de Jacques-Louis David. Dans le Musée Fin-de-Siècle, une période glorieuse de Bruxelles refait surface. Cette collection variée reflète le souffle créatif unique de la fin du 19ième siècle. Au Musée Magritte s’exposent enfin plus de 200 œuvres du surréaliste belge René Magritte, un nom que vous devriez connaître après 2 jours à Bruxelles ! 

Jour 3

Les weekends sont amusants, surtout lorsqu’ils durent un jour de plus. 2 jours, c’est en effet un peu limite pour découvrir Bruxelles et ses nombreux musées. 3 jours, c’est aussi peut-être trop mais jamais lorsqu’il y a du chocolat et de la bière au menu. Avec une visite au Centre belge de la Bande-Dessinée, cette dernière journée prend d’ailleurs tout de suite ses allures belges. Meilleure nouvelle encore, ces musées sont ouverts tous les jours de la semaine.

On commence par une dégustation qui complètera votre petit-déjeuner : le chocolat. Choco-Story, le Musée du Chocolat, vous apprend littéralement tout des origines de la fève de cacao jusqu’à sa transformation en praline. Comment les Mayas et les Aztèques cultivaient les fèves de cacao qui ont conquis l’Europe, et comment les Belges ont décidé de les cuisiner en ce précieux bonbon de renommée mondiale. A ne pas rater aussi, la démonstration en live de la création d’une praline par l’un des maîtres chocolatiers présents au musée. Et si goûter n’est pas suffisant, leur boutique devrait vous rendre heureux. 

Au Centre belge de la Bande-Dessinée, vous pourrez tout découvrir du neuvième art, discipline dans laquelle la Belgique n’a plus à faire ses preuves. En plus de sa collection permanente et d’un hommage aux pionniers du genre (pensez Bob et Bobette, Tintin, Spirou, Gaston la Gaffe, …), des expositions régulières font aussi la part belle à des dessinateurs contemporains. 

On conclut – et comment pourrait-il en être autrement- avec une petite bière. Et la bière, ils en connaissent un rayon au Musée des Brasseurs Belges à quelques mètres de Choco-Story, à visiter en dernier lieu pour des raisons évidentes… Découvrez là la riche tradition de la bière belge expliquée et maintenue en vie aux moyens de souvenirs variés. Avec un aperçu historique du processus de brassage, des techniques du 18ième siècle aux dernières technologies, vous apprendrez comment est préparée la boisson favorite des Belges. Cerise sur le gâteau ou plutôt mousse au-dessus de votre verre, une dégustation s’impose dans ce qui ressemble à une auberge médiévale au cœur de la Grand Place. Santé !