10 musées secrets à Bruxelles | #3 Musée Charlier

Dans les recoins intimes de Bruxelles, à la rencontre de dix musées et centres d’art secrets.  

Vous connaissez le Musée Charlier ? Peut-être pas et pourtant ! Au 19ième, la commune de Saint-Josse Ten Noode était un vivier d’artistes. Le mécène amoureux des arts Henri Van Cutsem s’y installe à cette période dans un hôtel de maître néo-classique, demandant à un ami architecte d’y imaginer une extension pour exposer ses collections d’art acquises au fil des années. Cet architecte n’est autre que Victor Horta. 

De ce bâtiment aujourd’hui classé comme monument historique, on sait aussi qu’il devient rapidement le lieu de rencontres pour beaucoup d’artistes. Après la mort de son fils unique et de sa femme, Henri Van Cutsem y prend ainsi sous son aile le sculpteur belge Guillaume Charlier avec qu’il partagera la maison. Ce dernier en sera l’unique légataire.

Nathalie Jacobs, responsable des collections et de la programmation nous en dit plus sur les secrets du Musée.

Qu’est-ce qu’on vient voir quand on se rend au musée Charlier ?

On vient s’imprégner de l’atmosphère, celle de la vie au 19ème d’un bourgeois mécène et collectionneur. C’est une maison bruxelloise très poétique !

Quels sont tes coups de cœur personnels dans le musée Charlier ?

Mon coup de cœur dépend de mes humeurs, cela peut changer chaque jour. En ce moment, c’est « Salomé » de Jacob Smits qui est exposé à l’étage, dans la salle de rencontre. J’aime absolument tout de ce tableau : le cadre, l’histoire, ce qu’il représente. Il a peint sa propre tête à la place de celle de Saint Jean-Baptiste, entre les mains de Salomé. C’est très symbolique : j’y vois le désespoir, la volonté de pouvoir vivre de son art.

 Qu’est-ce qu’il y a de plus secret au musée Charlier ?

Je dirais que la maison elle-même est toujours secrète ! Récemment, nous avons découvert que les toilettes des femmes du musée étaient en fait un ancien passage de la cave à la cuisine, pour les domestiques. Nous avons aussi découvert des pages de dessins dans des tiroirs des meubles anciens. Je suis sûre que le musée nous réserve encore plusieurs surprises...

A part une visite classique, qu’est-ce qu’il se passe d’autre au musée Charlier ?

Nous organisions une fois par mois les midis jazz où un groupe vient jouer dans le musée.

Il y a également des matinées « Jeunesses musicales de Bruxelles » qui s’adressent aux groupes scolaires. On participe aussi aux Brussels Museums Nocturnes à la rentrée. 

Quel est ton autre musée bruxellois préféré ?

Le musée Van Buuren. Son architecture, sa collection et l’histoire de ses habitants créent une atmosphère incroyable, ça me fait rêver !

Si je te donne un vœu magique pour le musée Charlier, ça serait quoi ?

Restaurer sa grandeur, avec le respect de son histoire et de ses matériaux. Il faut qu’il soit plus accessible pour être appréciée à sa juste valeur.

BONUS | Portrait chinois : Si le musée Charlier était …

Une couleur ? Bleu pour la chaleur et l’intimité mais aussi une couleur claire pour l’ouverture d’esprit du 19ème siècle.

Une célébrité ? Isadora Duncan, une danseuse de la fin du 19ème siècle, elle représente bien l’ambiance unique du musée.

Un plat belge ? Quelque chose de très raffiné … c’est possible ? Je dirais un bon carré de chocolat noir, qu’on mange avec modération.

Un animal ? Un chat. On ne peut pas le maîtriser, c’est lui qui choisit sa maison.