10 musées secrets à Bruxelles | #2 Art et Marges musée-museum

Dans les recoins intimes de Bruxelles, à la rencontre de dix musées et centres d’art secrets.

Direction le mythique quartier bruxellois des Marolles pour une nouvelle visite hors des sentiers battus. En fait, oubliez tout ce que vous connaissez sur les musées classiques : le musée Art et Marges propose une collection internationale d’art outsider  composée d’œuvres d’artistes individuels autodidactes ou issues d’ateliers qui animent des personnes porteuses d’un handicap mental ou évoluant en milieu psychiatrique. Ces œuvres font appel à nos émotions primaires et questionnent tout bonnement les frontières de l’art. 

Sarah Kokot, responsable de la pédagogie et des publics, répond à nos questions.

Qu’est-ce qu’on vient voir quand on se rend à Art et Marges ?

Des œuvres d’art spontané qui sortent des chemins ordinaires. C’est-à-dire que les artistes ne suivent pas un parcours classique ou académique via des écoles d’art, circuits qu’ils ignorent pour la plupart ! Ces œuvres se présentent sous différentes formes : 3D, collage, assemblage de matériau peu couteux, réalisation de films, ...

Quels sont tes coups de cœur personnels au musée ?

Je citerais les portraits d’Éric Derkenne réalisés au stylo bic dans la collection permanente. Quand je les regarde, je ressens une implication corporelle de l’artiste. Par son geste, c’est comme s’il créait une connexion entre lui et moi. 

Qu’est-ce qu’il y a de plus secret à Art et marges ?

La plupart des œuvres qui émanent de ce milieu puisqu’elles auraient pu rester secrètes, confidentielles ! Je pense par exemple à l’histoire extraordinaire d’André Robillard, patient d’un hôpital psychiatrique, grand créatif, qui a commencé à créer des fusils avec des objets de récup’. C’est son médecin qui en envoie alors à Jean Dubuffet himself, et il finira alors par exposer en tant qu’artiste reconnu. Nous exposons aussi quelques unes de ses oeuvres à l’étage.

A part une visite classique, qu’est-ce qu’il se passe d’autre à Art et marges ?

Il y a un espace atelier pour que les visiteurs puissent créer une œuvre d’art par eux-mêmes.

Nous participons aussi aux journées du patrimoine flamand durant lesquelles nous organisons des visites guidées sur-mesure. Cette année nous avons aussi participé à la Museum Night Fever !

Quel est ton autre musée bruxellois préféré ?

La Villa Empain, petit bijou architectural ! Ce que je préfère c’est de pouvoir apprécier la décoration, cette impression de se balader dans une vraie maison. On peut y ressentir un vrai dialogue avec l’architecture. C’est plus une approche sensorielle qu’intellectuelle, comme à Art et marges !

Si je te donne un vœu magique pour Art et marges, ça serait quoi ?

Avoir plus d’espace pour montrer une plus grande partie de la collection permanente. Mais aussi plus de personnel pour que le musée soit moins secret et que l’offre de médiation profite à plus de monde.

BONUS | Portrait chinois : si Art et Marges était...

Une couleur ? Jaune parce que ça rend heureux !

Une célébrité ? Yolande Moreau, talent extraordinaire mais effacé et humble.

Un plat belge ? Une bonne bière belge : une fois qu’on y a goûté, on ne peut plus s’en passer ! Excepté que l’abus d’Art et marges ne nuit en rien à la santé, au contraire ! 

Un animal ? Un paon. L’extérieur du musée est plutôt discret mais lorsqu’on entre, la beauté se dévoile comme la queue du paon.