Soutenez-nous

Rachel Labastie - Remedies

Expositions Art > Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
Manipulant les effets de paradoxes et jouant sur l’ambiguïté des formes, la sculptrice contemporaine Rachel Labastie pose un regard critique sur les modes d’aliénation physique & mentale produits par une société toujours plus encline à contrôler nos corps et nos esprits. La matière, chargée de mémoires personnelles & collectives, occupe une place centrale et participe à la sensualité de son œuvre.
Son art s’exprime dans une grande diversité de matériaux (marbre, bois noble, caisses de transport, osier, terre, argile, porcelaine et grès), et son travail de création est performatif : elle travaille la matière « au corps », en alliant force et détermination au savoir-faire et à une infinie méticulosité.Rachel Labastie présente cet automne un corpus, tantôt inédit, tantôt rétrospectif, d’une trentaine d’œuvres emblématiques de son travail. Son œuvre entière est dualité et nous fait voir au-delà de l’apparence des choses ; concept qu’elle approfondira dans la réalisation d’une pièce créée « en résidence » au sein des Musées royaux, en dialogue avec un tableau de la collection permanente. L’œuvre est imaginée comme le « hors-champ » de « La mort de Marat », Jacques-Louis Davis (1793) et sera dévoilée à l’ouverture de l’exposition.Par des cheminement bien différents, les œuvres de Rachel Labastie entrent en dialogue avec celles d'Aimé Mpane : ces deux artistes, une femme et un homme, interrogent chacun les symptômes développés au sein de nos sociétés. Très concrètement, et au-delà de la démarche artistique, ils créent un véritable espace de conscience et questionnent les remèdes possibles, autour de l’œil central du Patio, articulé sur deux étages du Musée. Rachel Labastie vit et travaille à Bruxelles.MUSEUM IN QUESTIONS Les artistes contemporains exposés cette saison interrogent de façon inédite les missions et valeurs des Musées royaux. Retrouvez leurs questions, participez au débat et partagez vos points de vue sur nos réseaux sociaux en suivant le #MuseumInQuestions