Jelena Jureša - Aphasia

Cinéma, Expositions Art > ARGOS
Les trois chapitres de l'installation Aphasia mettent en relief l’absurdité générée par le silence collectif autour du crime et son fractionnement en événements historiques.
Jelena Jureša (1974, Novi Sad) questionne par la photographie, la vidéo et le texte, les thématiques de l’identité, des politiques mémorielles et de l’oubli. Son travail porte sur la relation entre l'observateur et l'observé dans les limites de l'image et de la notion de vérité. Elle combine des souvenirs personnels à des artefacts et récits politiques, historiques. Les trois chapitres de sa nouvelle installation Aphasia mettent en relief l’absurdité générée par le silence collectif autour du crime et son fractionnement en événements historiques. Dans le vocabulaire médical, 'aphasia' (l’aphasie) se réfère à l’incapacité de trouver des mots ou à la perte de la parole. A travers le colonialisme belge, l’antisémitisme autrichien et la guerre en Yougoslavie, Jureša se concentre sur les zones grises et la difficulté d’évoquer un passé traumatique. Aphasia convoque l’histoire des médias audiovisuels et leur utilisation dans la fabrication de l’identité collective et nationale durant et après les crimes qui menèrent au génocide colonial, à l’Holocauste et aux meurtres de masse durant la guerre civile en Yougoslavie. Une réflexion qui fait apparaître comment le fait d'ignorer sciemment les crimes résultant de processus continus et structurels de déshumanisation demeure une caractéristique fondamentale de nos sociétés occidentales.