Soutenez-nous

Aimé Mpane - Remedies

Expositions Art > Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
L’œuvre d’Aimé Mpane, artiste multidisciplinaire résolument tourné vers l’avenir et l’un des artistes africains les plus importants à ce jour, combine le côté brut des arts dits Premiers – il travaille, entre autres, le bois de manière traditionnelle, à l’herminette – avec une volonté de déconstruire le passé pour en proposer une véritable reconstruction en phase avec la réalité contemporaine.
Premier artiste congolais à exposer aux Musées royaux, il partage de son temps entre Kinshasa, sa ville natale, et Bruxelles, son lieu de résidence, ce qui lui permet de poser un regard dynamique sur l’histoire de l’art mais aussi sur l’histoire des civilisations. Artiste de dialogue, c’est dans une résilience imprégnée d’espoir qu’Aimé Mpane utilise son travail pour créer des ponts. Images gigognes, réalités augmentées, passages « de l’autre côté du miroir »… l’univers de Mpane reflète l’intelligence des « Pourquoi pas? », l’intelligence d’un « nomade local» qui rêve pour le Congo et la Belgique, et pour l’humanité, d’une vraie fraternité.« La réconciliation de l’humanité avec elle-même, c’est-à-dire de l’humain avec l’humain, chaque individu étant à mes yeux un atome de ce vaste corps universel composé de 7,8 milliards d’atomes. Or, cette humanité est malade, son corps est démembré, morcelé… alors que nous avons une même origine. » Mpane rêve d’une vraie alternative aux erreurs commises et que l’histoire érige pour l’avenir de nouvelles œuvres commémoratives.A l’invitation des Musées royaux de choisir un chef-d’œuvre à revisiter parmi ses collections, la réponse s’est imposée à Aimé Mpane : Quatre études de la tête d'un Maure (1614), de Peter Paul Rubens, un tableau qu’il connait depuis toujours et hautement symbolique (il fut à une époque communément intitulé Têtes de nègre et orna, dans les années 50’, le verso de l’un de nos billets de 500 francs, associé, au recto, au visage du Roi Léopold II). Ce Tableau-tapisserie-sculpture sera à découvrir à l’ouverture de l’exposition.Par des cheminement bien différents, les œuvres d’Aimé Mpane entrent en dialogue avec celles de Rachel Labastie : ces deux artistes, un homme et une femme, interrogent chacun les symptômes développés au sein de nos sociétés. Très concrètement, et au-delà de la démarche artistique, ils créent un véritable espace de conscience et questionnent les remèdes possibles, autour de l’œil central du Patio, articulé sur deux étages du Musée. MUSEUM IN QUESTIONS Les artistes contemporains exposés cette saison interrogent de façon inédite les missions et valeurs des Musées royaux. Retrouvez leurs questions, participez au débat et partagez vos points de vue sur nos réseaux sociaux en suivant le #MuseumInQuestions.