conseil bruxellois des musées

FR NL EN

1 site, 100 musées

Musée et handicap - Guide pratique de l'accessibilité

par Pierre Hériard (Atout Culture - Conseil & Formation) en collaboration avec le Conseil bruxellois des Musées : voir 
http://brusselsmuseums.be/fr/accessibilite.php

La condition des personnes en situation de handicap est l'une des grandes préoccupations de notre époque. On s’efforce de favoriser l’accès de cette population à un nombre croissant de services, de professions et de loisirs.

On a assisté dans les années récentes à une évolution sémantique significative : alors qu’auparavant on parlait de l’« intégration » des personnes porteuses d’une déficience, on évoque à présent la notion d’« inclusion ». Dans le premier cas, c’est l’individu qui doit s’adapter à son environnement. Dans le second cas, c’est l’environnement qui doit s’adapter à l’individu[1].

Ce sont des sujets auxquels le responsable de musée est confronté. Comme tout autre bâtiment accueillant du public, le musée doit répondre à un certain nombre de normes d’accessibilité : rampes d’accès pour personnes à mobilité réduite, sanitaires adaptés, dallages « podotactiles » pour les personnes aveugles, dispositifs d’alarme visuelle pour les personnes sourdes etc.

L’accessibilité est un défi d’autant plus difficile à relever que nombre de musées sont installés dans des bâtiments historiques[2]. D’autant plus difficile à relever que l’approche doit être globale, considérée sur l’ensemble de la « chaîne » : il est souhaitable en effet que toutes les étapes de circulation d’un lieu soient bien connectées les unes avec les autres. On cite souvent le contre exemple un peu caricatural de sanitaires dont l’ergonomie serait adaptée mais qui ne seraient accessibles que par un escalier.

L’accessibilité, ce sont aussi des outils de communication adaptés (site Internet, dépliants, signalétique etc.) et des dispositifs d’intégration professionnelle des personnes déficientes.

Toutefois, le présent guide est centré sur des problématiques spécifiques aux musées. Il n’évoque que très peu le cadre bâti, les supports de communication ou l’intégration professionnelle, sujets sur lesquels existent déjà de nombreuses ressources de grande qualité. Il énonce une série de recommandations concernant principalement l’accueil, la présentation des collections et la médiation culturelle. En cela, il s’inscrit dans le sillage du colloque « Des musées (plus) accessibles » (Bruxelles, novembre 2011) et de la publication issue de ce colloque[3].

A bien des égards, ces recommandations pourront sembler lourdes ou coûteuses à mettre en œuvre. Mais…

…en améliorant l’accessibilité pour les personnes porteuses d’une déficience, on améliore l’accessibilité pour l’ensemble du public. Installer une rampe d’accès pour des personnes se déplaçant en fauteuils roulants, c’est aussi faciliter les déplacements de parents venant avec une poussette. Utiliser des polices d’écriture de plus grande taille pour les lecteurs déficients visuels, c’est faciliter l’accès à l’information pour l’ensemble des publics. Mettre à disposition un « visioguide » pour les personnes sourdes, c’est aussi proposer des contenus complémentaires aux visiteurs entendants. Plus précisément, il convient de tendre vers ce que l’on appelle la « conception universelle » (« universal design »), démarche qui consiste, en amont du projet, à concevoir des solutions adaptées à tous les usagers. « La conception universelle est une stratégie qui vise à concevoir et à composer différents produits et environnements qui soient, autant que faire se peut et de la manière la plus indépendante et naturelle possible, accessibles, compréhensibles et utilisables par tous, sans devoir recourir à des solutions nécessitant une adaptation ou une conception spéciale »[4]. Ce type de démarche est en parfaite cohérence avec la notion d’inclusion évoquée plus haut.

…comme souvent, la contrainte stimule la créativité : au cours des dernières années, les innovations ont été particulièrement nombreuses, surtout dans le domaine des nouvelles technologies, lorsqu’il a fallu trouver des solutions de médiation culturelle destinées aux publics en situation de handicap. Des exemples en témoigneront dans le présent document.

NOS REALISATIONS

Le Conseil bruxellois des Musées est soutenu par :
Inscription Newsletter

JOIN US ON
SITEMAP
© 2012 - Conseil bruxellois des Musées / Brusselse Museumraad - All rights reserved - Powered by OPTINET - Disclaimer